• Rejoignez la communauté des 90 000 ingénieurs Polytech
    Atout N°1
  • Développez vos talents : créer, manager, communiquer, s’ouvrir au monde...
    Atout N°2
  • Etudiez au-delà des frontières Polytech Abroad...
    Atout N°3
  • Faites le choix d’une formation professionnalisante
    Atout N°4
  • Partez à la conquête d’un Nouveau Monde : l’Auvergne
    Atout N°5

Prix du Jeune Chercheur de la Ville de Clermont

Le Prix jeune chercheur de la Ville de Clermont-Ferrand met à l’honneur de jeunes docteurs récemment titrés qui ont contribué, à travers leurs travaux, au rayonnement de l’Université Clermont Auvergne, de Clermont Auvergne INP et de ses unités de recherche. Sa 25ème édition s’est tenue le 12 avril dernier en présence d’un jury. Cedric DELATTRE, Référent Recherche de Polytech Clermont, et enseignant-chercheur à Polytech Clermont / Institut Pascal était membre de ce jury.

Pour ce prix de vulgarisation scientifique, 15 candidats ont été sélectionnés au sein des 5 écoles doctorales* pour présenter leurs travaux de recherche. Chacun devait rendre compréhensible pour des non spécialistes des sujets de thèses souvent pointus. La spécificité du Prix jeune chercheur de la Ville de Clermont-Ferrand est de récompenser les jeunes chercheurs qui savent transmettre leur curiosité, leur enthousiasme, leur démarche, leurs résultats et l’intérêt plus large des recherches qu’ils ont conduites pendant leur thèse.

Depuis plusieurs années, Polytech Clermont remet un Prix d’une valeur de 1500 €. Pour l’édition 2022, le Prix INP / Polytech Clermont a été remis par Roland Chapuis, Directeur adjoint de Polytech Clermont, à Imen Dhifallah, docteur en Chimie des matériaux et nanomatériaux.

Imen est Docteur en Chimie des matériaux et nanomatériaux à l’Institut de Chimie. Elle a travaillé sur la « fluoration des dispositifs médicaux à base de PVC plastifié pour prévenir la migration des plastifiants ».

Pour résumer sa thèse, le polychlorure de vinyle est un polymère largement utilisé dans la fabrication des dispositifs médicaux. Du fait de sa rigidité, des plastifiants sont rajoutés pour lui conférer la souplesse nécessaire. Cependant, ces plastifiants peuvent migrer vers les liquides de perfusion pour entrer en contact avec les patients ce qui les exposent à un risque de toxicité. La fluoration de tubulures en PVC plastifié à l’aide du fluor gazeux va créer une couche barrière aux plastifiants à la surface interne des tubulures réduisant ainsi leur migration sans provoquer un effet cytotoxique.

Visionnez la soutenance d’Imen Dhifallah : ICI
 
* Lettres, Sciences humaines et sociales ; Sciences de la vie, santé, agronomie, environnement ; Sciences fondamentales ; Sciences économiques, juridiques, politiques et de gestion ; Sciences pour l’ingénieur.